Alicia Vikander, l’étoile montante venue du Nord

Sa petite robe jaune, un soir de février 2016, l’a illuminé aux yeux du monde. La jeune et (très) jolie suédoise devenait une personnalité désirée et appréciée. Pourtant, cela fait déjà quelques années qu’Alicia Vikander traverse les plateaux de cinéma, européen ou hollywoodien. Alors, est-ce que la belle de Michael Fassbender va-t-elle devenir la nouvelle superstar européenne ? La réponse viendra dans quelques temps, alors même qu’Alicia se lancer désormais dans des plus gros projets.

Alicia Amanda Vikander est né le 3 octobre 1988 à Göteborg, en Suède. Fille de la comédienne de théâtre Maria Fahl Vikander et du psychiatre Svante Vikander, aujourd’hui séparés, elle a cinq frères et soeurs du côté paternel. Si elle écume les coulisses des théâtre où sa mère jouait, les premières passions d’Alicia furent la danse et la musique. Alicia a donc pratiqué le violon pendant sept années avant d’abandonner, au moment où elle intégra le Ballet royal suédois pour devenir danseuse professionnelle. Elle fait ses débuts devant la caméra dans le film de danse The Rain en 2007, alors qu’elle est en stage à l’Opéra Royal de Stockholm et dans des productions de l’Opéra de Göteborg. Elle va alors traverser une grande période de blessure lié à la danse, et va se découvrir une passion pour la comédie.

Si ces premiers pas dans le cinéma date de 2007, c’est en 2010, pour la première réalisation de Lisa Langseth, Pure, qu’elle se fait remarquer, et recevra, pour son personnage tout en nuance, le Guldbagge Award de la meilleure actrice, équivalent des Césars en Suède.

Elle va ensuite obtenir deux rôles dans des films suédois, Kronjuvelema et surtout Royal Affair, où elle donna la réplique à Mads Mikkelsen pour un film qui fut nommé à l’Oscar du meilleur film étranger. Elle y incarne la reine du Danemark Caroline-Mathilde de Hanovre, rôle qui l’a obligé à apprendre le danois, et remporte pour cela le Shooting Stars du Festival de Berlin, où le film était en compétition.

Elle s’ouvre ensuite à l’international avec Anna Karénine de Joe Wright, où elle doit désormais apprendre l’anglais britannique et travaille beaucoup son accent ; en effet, Alicia démontre une aptitude à apprendre les langues étrangères pour les besoins de ces rôles. Elle sera récompensé cette fois-ci par une nomination aux Rising Star Award en 2013, pendant les BAFTA Awards.
Elle va ensuite découvrir Hollywood avec le thriller géopolitique Le Cinquième Pouvoir, présenté en ouverture du Festival International de Toronto. Elle va ensuite retourner au cinéma suédois et retrouver Lisa Langsdeth pour Hotell, également présenté à Toronto et dans lequel sa performance est une nouvelle fois acclamée.
Ces deux films suivants sont Son of a Gun avec Ewan McGregor et le blockbuster Le Septième Fils, avec Jeff Bridges et Julianne Moore, deux films aux critiques mitigées mais dans lesquels elle est encore saluée.

2015 va marquer un tournant dans la carrière d’Alicia. Alors qu’Hotell est distribuée aux Etats-Unis, elle va tourner dans Memoires de jeunesse avec Kit Harrington. Mais elle va surtout jouer ensuite dans le thriller sf d’Alex Garland Ex-Machina aux côtés d’Oscar Isaac et de Domnhall Gleeson, dans lequel elle est particulièrement acclamé pour sa performance d’androïde.
S’en suivra alors une collaboration avec Guy Ritchie, Henry Cavill et Armie Hammer : Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E., qui, même s’il est applaudi critiquement décevra commercialement, tout comme A Vif ! où elle donne la réplique à Bradley Cooper, un film qui remboursera à peine son budget. Elle viendra aussi défendre à Cannes le documentaire de Stig Björkman sur Ingrid Bergman dans lequel elle prête sa voix. Elle devient par ailleurs égérie chez Louis Vuitton.

En 2016, elle est à l’affiche de trois films, et pas des moindres ; tout d’abord The Danish Girl, où sous la caméra de Tom Hooper elle partage l’affiche avec Eddie Redmayne ; le film est un succès absolu, et Alicia recevra le Graal suprême : l’Oscar de la meilleure actrice à la dernière cérémonie des Oscars, dans cette fameuse robe jaune qui a tant fait couler d’encre. Elle a également reçu une double nomination aux Golden Globes, pour cette performance ainsi que celle dans Ex-Machina.

Elle a ensuite tourné dans le blockbuster Jason Bourne, aux côtés de Matt Damon et Tommy Lee Jones, et sera prochainement à l’affiche de The Light Between Oceans, avec Rachel Weisz et Michael Fassbender, son compagnon à la ville, mais aussi dans Tulip Fever en février 2017, avec Christoph Waltz et Judie Dench, dans le prochain Wim Wenders, Submergence, en compagnie de James McAvoy, ainsi que dans le prochain Lara Croft.

Alicia est donc en pleine explosion sur la scène médiatique, et nul doute que son agenda bien rempli devrait continuer de s’étoffer, de telle sorte que nous devrions voir son joli minois et son talent d’actrice dans les salles obscures pour de longues années encore.

Un commentaire sur « Alicia Vikander, l’étoile montante venue du Nord »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s