Jack Reacher : Never Go Back

Jack Reacher : Never Go Back, film d’action américain de 2016, réalisé par Edward Zwick, avec Tom Cruise, Cobie Smulders et Danika Yarosh

Note : 6/10
Moyenne IMDb : 6,5/10

Je précise d’emblée que je n’ai pas vu le premier opus, et que donc certains éléments ont pu m’échapper.
Tom Cruise revient ici dans un rôle taillé sur mesure pour lui, s’étant illustré depuis quelques années comme LA star des films d’action (Jack Reacher déjà, Oblivion, Mission Impossible…). Il revient donc pour la deuxième fois dans la peau de ce personnage. Verdict ?

Les premières minutes :

On retrouve dans les toutes premières minutes la scène déjà montrée dans les bandes-annonces, où Jack Reacher renverse la situation à son avantage, faisant arrêter les policiers venus l’incarcérer, pour cause d’entrave à une mission de l’armée. Le ton est donné, ce personnage se veut badass, pouvant prévoir à l’avance tous les événements. Une entrée en matière efficace.

Le casting :

Les personnages en général sont assez intéressants, en particulier celui de Jack Reacher, avec son côté quelque peu usé, fatigué. On sent au travers des scènes tout le poids de cette vie qu’il aimerait oublier, en témoigne le refus de se faire appeler « major ». Tom Cruise donne au personnage un côté « hors du temps », très appréciable à voir et semble-t-il à la mode ces dernières années. Le personnage reste d’un flegme presque anglais à toute épreuve, abordant toujours les situations avec un grand détachement. Un côté presque super-héros, on sent que Jack Reacher constitue un personnage idéal pour Tom Cruise, lui qui s’est spécialisé dans l’action ces dernières années. Le cocktail marche donc à la perfection. Cobie Smulders plante un personnage appréciable, et ses scènes avec Jack sont très bien écrites et témoignent d’une volonté d’en faire son pendant féminin. J’ai en revanche beaucoup plus de mal avec le personnage de Samantha, plus particulièrement de son actrice que je trouve souvent dans le surjeu. Mais sa relation avec les autres personnages esr bien amenée et suit son cours sans problème jusqu’à la fin.

La mise en scène :

Au niveau de la mise en scène, je dénote plusieurs bons points. Edward Zwick, le réalisateur, a su faire un film d’action qui, à mon sens, reste très lisible. Le film ne s’emballe qu’à de très rares moments, et dans ces moments-là, l’action reste construite et les plans permettent une lisibilité parfaite de l’action, chose qu’un film de ce genre se doit de bien contrôler. Le ratio de cadre, différent de nos standards actuels, permet également de composer des plans astucieux, permettant de cadrer deux personnages totalement opposés (bord gauche/bord droit du cadre, rapproché/plus lointain dans une scène par exemple), tout en gardant clair la situation de l’un par rapport à l’autre dans le cadre. Si la mise en scène n’est donc pas d’une inventivité folle, elle reste le minimum de ce que l’on demande à un film d’action et se permet des cadrages assez astucieux et peu vus dans les derniers gros blockbusters.

L’histoire :

C’est maintenant que l’on arrive au point négatif majeur, le scénario. Le film est malheureusement trop peu inventif dans son déroulement pour que le spectateur attentif se laisse berner. Les éléments s’enchaînent dans un déroulement très convenu, et l’on pouvait s’attendre à plus d’originalité (ne serait-ce que la relation père-fille, que le film tente de nier mais qui se joue de telle manière durant tout le film). J’ai été déçu par le manque d’inventivité de cette histoire, et le film reste basique de ce point de vue-là. Je dénote également un gros manque de profondeur des méchants : le premier, auquel on essaie de tisser un lien avec Jack Reacher, ne se révèle être qu’un méchant de base, et leur combat final manque d’intensité notamment par ce manque de lien entre les deux ( et aussi parce que la scène dure environ 1 minute ), qui aurait permis une vraie identification des raisons de cet affrontement ; le deuxième, censé être en fait le cerveau de l’affaire, est expédié en 5 minutes montre en main.


Et au final ?

Si le film reste en soi divertissant et qu’il propose une mise en scène étudiée, il pêche malheureusement par un vide scénaristique tout au long du film, alors que le film semblait pouvoir promettre beaucoup. Il reste agréable à regarder, mais on reste sur sa faim du point de vue du scénario, globalement trop convenu et duquel on aurait pu attendre plus. Le résultat est donc en demi-teinte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s