Nocturnal Animals : un thriller haletant mais perfectible

Nocturnal Animals, thriller américain de 2017 réalisé par Tom Ford avec Amy Adams, Jake Gyllenhall, Michael Shannon…

Seconde réalisation de Tom Ford après A Single Man en 2010, Nocturnal Animals nous narre l’histoire de Susan (Amy Adams), riche galeriste en perte de repères dont le passé rejaillit lorsque son ex-compagnon, Edward (Jake Gyllenhall) lui fait parvenir un manuscrit de son nouveau roman dans lequel elle semblera étrangement impliquée….

Il est certain que le film amènera dans les mois à venir son lot de théories tant l’intrigue donne matière à réflexion. Se déroulant sur trois niveaux d’action, le film décrit tour à tour la réalité d’un monde de l’art froid et snob dans lequel Susan ne trouve plus sa place, d’autant plus qu’elle ne trouve pas grâce non plus aux yeux de sa famille. Elle se remémore alors avec regret un passé amoureux avec Edward, qu’elle trouvait certes «trop faible » mais qui comprenait sa fibre artistique. La lecture de son nouveau roman n’est-elle pas alors pour elle un nouvel échappatoire à la réalité d’un monde qu’elle exècre (ce qu’un des personnages tertiaires lui fait remarquer) ?

La force majeure du film est de réussir à mettre en scène ces différents niveaux d’action avec une efficacité toujours remarquable. Nous passons du monde new-yorkais très éthéré à la crasse et la cruauté des terres texanes, où les pires atrocités se commettent.

Le monde texan offre des moments de tension assez remarquables notamment dans sa première partie (avec, il faut le souligner, une performance de haute volée d’Aaron Taylor-Johnson), et dans un climax qui tient en haleine tout du long. Tom Ford parvient à nous mettre quasiment dans le même état que Susan ; nous nous investissons dans cette histoire et oublions presque son caractère fictif (ou non ?). Et cela passe aussi par un très bon travail de mise en scène et de photographie. Elles offrent des moments de tension remarquables où nous craignons que la situation ne dégénère. En pleine nuit, au milieu de nulle part, nous partageons l’isolement des personnages et leur angoisse face à une situation inextricable. La finalité de cette histoire est en outre assez bien trouvée.

L’une des attractions majeures de ce film était son casting, composé de grosses pointures actuelles telles que Amy Adams, Jake Gyllenhall ou Michael Shannon pour ne citer qu’eux. Si le travail d’Amy Adams reste appréciable, j’ai été plus impressionné par celle de ses deux collègues. Michael Shannon campe un lieutenant de police qui sous des airs de dur, devient au fil du film un personnage attachant duquel on découvre de multiples failles, et son destin parvient à nous émouvoir (alors que nous sommes toujours dans un cadre de récursivité, avec une histoire à l’intérieur d’une autre histoire). Mais l’acteur le plus épatant du film reste Jake Gyllenhall, dont le talent n’est plus à prouver. Seul acteur du film à incarner deux personnages, il parvient avec une aisance admirable à passer du compagnon dans une histoire digne d’une comédie romantique à un père de famille dévasté par les évènements tragiques auquel il assiste impuissant et dont toute la rage rejaillit dans une scène mémorable. Un grand d’aujourd’hui !

Néanmoins, et ça sera là mon seul point faible, le film a beaucoup trop tendance à revenir à la réalité et sur le personnage de Susan, le souffle coupé par ce qu’elle vient de lire. Cela brise la tension qui avait été installée et surtout, après une première césure, j’ai eu beaucoup plus de mal à m’investir pleinement dans cette histoire dès lors que j’étais au courant de son caractère fictif. Ces retours sont bien sûr justifiés scénaristiquement, mais ils brisent pour moi le contrat fait avec le spectateur car celui-ci n’est alors plus en mesure de croire réellement à l’action qui a lieu devant ses yeux puisqu’il est clairement informé, malgré toute l’implication de Susan dans cette lecture, du caractère imaginaire de cette histoire. Tous ces détails ne sont-ils pas l’œuvre d’une écriture formidable ajoutée à un bel esprit d’imagination ?

Nocturnal Animals marque par une intrigue à tiroirs remarquable et bien géré. Les performances d’acteurs sont excellentes et l’histoire, bien ficelée, vous tiendra en haleine deux heures durant. Néanmoins, ce côté un peu trop mécanique dans le montage empêche ce film, formidable au demeurant, d’accéder au statut de chef d’œuvre qu’il aurait pu très largement briguer. Mais il reste un excellent thriller, et, même s’il est perfectible, son visionnage en vaut le coup.

 

Note : 8/10

Moyenne IMDb : 7,8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s