Top 10 des scènes favorites de Thomas

C’est au tour de Thomas de nous donner un aperçu de ce qui fait son cinéma, et de voir quelles sont les scènes qui l’ont profondément marquées ! C’est parti pour son top 10 !

1) « Le monologue du colonel Kurtz » – Apocalypse Now

La performance favorite de mon acteur favori, pour une scène qui me tient toujours autant en haleine après tous ces visionnages. Brando excelle ici dans son meilleur rôle, avec un travail du clair-obscur exceptionnel. Il est ici sensationnel dans ce que j’appelle le « contrôle du silence », où chacun de ses silences est contrôlé et laisse le spectateur accroché à ses paroles. Une performance mémorable, pour la plus grande des scènes. Le coup d’éclat de la carrière d’un géant du cinéma.

2) « La révélation » – Gone Girl

Probablement la scène qui a provoqué chez moi la réaction la plus épidermique tant je hais ce personnage, qui malgré tout me fascine. Une scène et un film dans son ensemble, mémorables. Rosamund Pike est probablement ici dans l’un des rôles de sa vie, dans celui d’une une vraie garce qui ne reculera devant rien pour arriver à ses fins, laissant le pauvre Ben Affleck impuissant. Probablement l’un des personnages féminins les plus odieux de l’histoire du cinéma, et donc par conséquent, l’un des plus mémorables. Du grand Fincher.

3) « La scène de la vague » – Interstellar

A travers le dialogue et la musique, Nolan fait monter la tension de manière impressionnante. Je me rappelle encore des frissons que j’ai eu au premier visionnage. Nolan associe le dialogue, l’image et la musique pour créer une scène d’une puissance dramatique incroyable, et prouve tout son talent de metteur en scène.

4) « La première apparition de Kowalski » – Un Tramway nommé désir

Tout tient en la performance de Marlon. Ce charisme animal qui jaillit de chaque centimètre de la pellicule…. Le talent à l’état pur. Une excellente Vivian Leigh ne peut rien face à un Brando au sommet de son art. Elia Kazan n’a qu’à laisser tourner la caméra, et laisser la magie s’exprimer par l’intermédiaire de ses deux acteurs de légende. Brando ne joue pas son personnage, il EST le personnage, aucune ficelle de comédien ne transparait de la scène. Là est une des scènes qui me fait grandement l’admirer.

5) « Le Danube bleu » – 2001

Ai-je vraiment besoin de m’expliquer ?

6)« A Lovely Night » – La La Land

TOUT est parfait dans cette scène. La lumière, le décor, la musique, la chorégraphie, les acteurs, la chanson. TOUT est absolument PAR-FAIT. Chazelle conjugue ici toute sa palette de cinéaste pour créer une scène magique et magnifiée par Ryan Gosling et Emma Stone. Bizarrement, alors que son film se veut résolument moderne,  c’est une scène qui ancre les personnages dans un univers de comédie musicale « classique » qui fait chavirer mon coeur.

7) « La colère de Michael Corleone » – Le Parrain, 2ème partie

 Al Pacino donne à voir la colère d’un personnage qui s’efforce de garder son calme. Michael Corleone est ici si effrayant dans son combat intérieur, que je reste stupéfait à chaque visionnage. Quelqu’un disait un jour qu’Al Pacino était ici beaucoup plus effrayant que pas mal de films d’horreur (je grossis le trait). Je ne puis être plus d’accord. L’acteur offre ici quelques secondes d’une intensité remarquable et d’un effrayant contrôle de soi. Le digne successeur de son père à l’écran !

8) «Greased Lightning» – Grease

Parce que quelquefois, il faut bien se détendre, cette scène est dans mon top. Une petite madeleine de Proust, un plaisir coupable dont j’apprécie toujours autant le visionnage. Que voulez-vous, on ne se refait pas…. Ça commence à faire beaucoup de scènes où la musique tient un rôle important, vous ne trouvez pas ?

9) “La scène finale » – American History X

Probablement la scène la plus déchirante qu’il m’ait été donné de voir. Terriblement cynique, de par le message rempli d’espoir qui est contrebalancé par les images déchirantes qui nous sont données à voir. Du grand art, pour un film magistral.

10) « I love your funny face » – Drôle de frimousse

Parce que deux plaisirs coupables valent mieux qu’un. Fred Astaire + la magnifique Audrey Hepburn, je ne peux qu’être émerveillé ! La colorimétrie de cette scène la rend reconnaissable au premier coup d’œil, et on sent l’alchimie entre les deux comédiens. Et puis, comment échapper au charme de la belle Audrey ?  Un plaisir coupable, toujours une difficulté à décrire… En tout cas, c’est le genre de feel-good movie que j’apprécie beaucoup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s