1 sortie 3 films #7 – Le Procès Du Siècle – 26/04/2017

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique intitulée “1 sortie 3 films” . Le principe est simple : chaque mercredi sort un article, sur le thème d’un film qui sort le jour même. Dans cet article, retrouvez 3 films qui ont chacun quelque chose en commun avec le film en question. Indéniablement, le cinéma de genre français […]

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique intitulée “1 sortie 3 films” . Le principe est simple : chaque mercredi sort un article, sur le thème d’un film qui sort le jour même. Dans cet article, retrouvez 3 films qui ont chacun quelque chose en commun avec le film en question.

Cette semaine, un énième film sur un énième procès sur la shoah. Quoique différent. Absurde. Comment ça rend, quand les américains s’y mettent ? On peut voire ça en salles, dès aujourd’hui. En attendant, retour dans cet article sur trois « vieux » films (1957, 1958, 1959 ; on en parle pas assez ici) dans lesquels il est question de défendre quelque chose. En clair, des films avec des plaidoiries qui, en général, sont franchement jolies.


#7 : Mercredi 26 Avril 2017 : sortie de “Le Procès du Siècle”, de Mick Jackson


Le film de la semaine

affiche-denial-65483

Film d’action de 2017, avec Rachel Weisz, Tom Wilkinson, Timothy Spall…

Résumé : Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement  la mémoire de l’Holocauste.  Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocat de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah.
Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz. Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, et l’empêcher de profiter de cette tribune pour propager ses théories nauséabondes ?


Film #1 : Douze Hommes en Colère, de Sidney Lumet

12-angry-men-poster

Drame de 1957, avec Henry Fonda, Martin Balsam, John Fiedler…

Résumé : Un jeune homme d’origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque la peine de mort. Le jury composé de douze hommes se retire pour délibérer et procède immédiatement à un vote : onze votent coupable, or la décision doit être prise à l’unanimité. Le juré qui a voté non-coupable, sommé de se justifier, explique qu’il a un doute et que la vie d’un homme mérite quelques heures de discussion. Il s’emploie alors à les convaincre un par un.

Difficile de ne pas commencer par ce – on va pas se le cacher – monument du cinéma. Réalisé par un « papa », Sidney Lumet, Ô grand réalisateur de génie, le film conserve une tension incroyable du début à la fin, et les arguments d’Henry Fonda pour convaincre chaque membre du jury sont excellents. Un film à voir absolument, parce qu’il montre une maîtrise du cinéma qui se fait rare aujourd’hui. Un film intemporel et sacrément culte.

Ma note pour ce film : 9/10 – Moyenne IMDB : 8,9/10


Film #2 : Le Génie du Mal, de Richard Fleischer

le-genie-du-mal

Drame policier de 1958, avec Orson Welles, Diane Varsi, Dean Stockwell…

Résumé : 1924. Estimant que leur statut social et leur intelligence les placent au dessus des lois, deux étudiants se livrent à plusieurs actes criminels et finissent par enlever et assassiner un jeune garçon. Certains d’avoir commis le crime parfait, ils sont trahis par un détail. Un avocat célèbre, adversaire de la peine de mort, décide d’assurer leur défense.

Impressionnant. La première partie du film nous plonge dans un récit policier, drôlement bien mené, mettant en scène les protagonistes dans un récit déjà fabuleux. Et là, Orson Welles arrive. Et là, c’est plus d’une demi-heure d’un discours contre la peine de mort, absolument renversant, devant lequel tout le tribunal est suspendu. Un film indispensable, encore une fois réalisé par un maître incontestable.

Ma note pour ce film : 8/10 – Moyenne IMDB : 7,5/10


Film #3 : Marie-Octobre, de Julien Duvivier

marie-octobre

Drame de 1959, avec Danielle Darrieux, Paul Guers, Bernard Blier…

Résumé : Durant l’Occupation, un homme a trahi un réseau, provoquant l’éxécution du chef. Un groupe de personnes est réuni pour démasquer le traître.

Un film français encore une fois incroyable de tension. Emmené par un casting top, le film balade le traître de personne en personne, et ainsi de bluff en mensonges et en fausses révélations. Remasterisé en 4K par Pathé il y a quelques années, l’image est tout bonnement magnifique, pour un film qui ne l’est pas moins. À l’instar des deux films précédents, un film très important à voir absolument.

Ma note pour ce film : 8/10– Moyenne IMDB : 7,3/10


Rendez-vous mercredi prochain pour le 1 sortie 3 films #8 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s