Alien : Covenant

Alien : Covenant, film de science-fiction horrifique américano-britannique de 2017, réalisé par Ridley Scott, avec Katherine Waterston, Michael Fassbender et Billy Crudup

 

Après un Prometheus qui avait plus que déçu le public, Scott revient avec une deuxième préquelle, Alien : Covenant, et est attendu au tournant. Arrivera-t-il a faire retrouver la grinta du premier opus, ou va-t-il se planter encore magistralement ? Réponse en quelques points.

 

Les premières minutes :

Le film s’ouvre avec un prologue avec Guy Pearce et Michael Fassbender, très énigmatique. Faux lien avec Prometheus, même si l’ensemble est fluide et correct, on a un peu de mal à comprendre ce que ce prologue vient faire là (au début du film, tout du moins). Enigmatique, mon cher Ridley…

 

Le casting :

Après un Prometheus où seul Elba, Fassbender et Rapace par moment semblait vouloir donner un peu de leur potentiel, Covenant bénéficie d’un vrai casting XXL qui signe des grandes performances. Michael Fassbender est hypnotisant dans son double rôle de David et de Walter, un rôle d’androïde froid qui lui va à merveille. Face à lui, Billy Crudup casse tout sur son passage. Billy électrise totalement l’écran et sa justesse de jeu ne fait que renforcer l’effet recherché. On notera aussi la performance de Danny McBride, loin de son registre comique habituel, et qui est lui aussi très juste, tout comme la terrorisée Katherine Waterston. Une déception ? Elle viendrait peut-être d’un Damian Bichir pour qui on pouvait en attendre un peu plus. Mais c’est vraiment pour chipoter, tant le casting semble impliqué dans ces personnages.

 

Le scénario :

Si ce dernier n’évite quand même pas quelques écueils (une arrivée sur la planète un peu simple par exemple), il n’en reste pas moins qu’il profite, contrairement au précédent opus, de véritables personnages, doté d’enjeux un tantinet intéressant. Mais on notera également un vrai travail sur l’ambiance et la tension au sein de l’écriture. Si sur ce point, Prometheus se prenait méchamment les pieds dans le tapis, Covenant réussit a faire doucement monter la sauce, sans précipitations. Par rapport au précédent opus, c’était donc inespéré. Agréablement surpris donc.

 

La mise en scène :

Nombreux sont ceux (et à juste titre quasiment tout le temps) qui critiquent le Scott de ces dernières années, qui avait perdu la grinta d’antan. Si Prometheus contenait quelques bonnes idées, rien n’est exploité et Scott ne décollait guère. Alors que dans Covenant va, lui, beaucoup plus loin dans ces idées. Avec un retour avec ces ambiances austères et dark qui ont fait la marque de la saga dans les années 80 et 90, Scott revient à l’essentiel, délaisse un superflu beaucoup trop moderne pour revenir à un film beaucoup plus simple, et tant mieux. Fini le matériel dernier cri,et les habits lisses, place aux herbes hautes et aux fusils. Rempli de mini-hommages aux précédents opus (SPOILER : un final qui fait penser à celui du 2, par exemple), Scott redevient efficace et magistral, le tout amplifié par les très bonnes musiques de Jed Kurtzel.

 

Et au final ?

Bonne surprise, Alien : Covenant revient aux sources de la saga, en nous proposant un opus beaucoup moins lisse que Prometheus. S’il n’est pas parfait non plus, Covenant se montre diaboliquement efficace, efface quelque peu la déception de Prometheus et annonce de bonnes augures pour la suite.

 

 

Note : 9/10

Moyenne IMDb : 7,2/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s