Top 5 des performances d’Harvey Keitel

Du haut de ses 78 printemps, Harvey Keitel présente une grosse filmographie parsemé de très grands films. Depuis sa rencontre, il y a tout juste 50 ans, avec son grand ami Martin Scorsese pour Who’s That Knockin At My Door, et avec qui il fera quatre autres films, Harvey a tourné dans tous les styles, avec les plus grands, pour notre bonheur de cinéphile. Manque juste à l’appel un Academy Award, qu’il n’a su décrocher en une seule nomination (pour Bugsy). Alors, à l’heure de choisir que 5 performances, on sent approcher le gros travail de réflexion…

 

 

Mentions Spéciales : Who’s That Knockin At My Door, Les Duellistes, Taxi Driver, Holy Smoke, Thelma et Louise, Bad Lieutenant, La Leçon de Piano, Moonrise Kingdom, The Grand Budapest Hotel

 

 

5) Judas dans La Dernière Tentation du Christ, réalisé par Martin Scorsese (1988)

 

ltc-disciples

 

Un film très particulier de part le côté sensible auquel il fallait bien le talent et la personnalité d’un Harvey Keitel. Flanqué d’un Williem Dafoe aussi à son avantage, Keitel propose une performance contrasté, passant par tous les registres avec une incroyable maestria. Une performance sublime qui en appelle beaucoup d’autres qui vont jalonner ce top…

 

 

4) Mick Boyle dans Youth, réalisé par Paolo Sorrentino (2015)

 

image-5f6c3251-280e-4ef2-8c60-2c0ddba021bb-4374

 

Si Harvey nous habitue à des performances fortes en gueule, il nous fait dans Youth l’inverse. Une performance très simple, pas grandiloquente, beaucoup plus renfermée, mais pas moins forte. Un Keitel à contre-emploi qui s’avère touchant et émouvant comme jamais, marque des plus grands qui savent tout jouer et auquel, définitivement, Harvey Keitel appartient.

 

 

3) Winston Wolfe dans Pulp Fiction réalisé par Quentin Tarantino (1994)

 

mrwolf-cx2-ring

 

Harvey Keitel, même s’il est situé bien haut dans les crédits de la flèche, possède un rôle relativement restreint dans Pulp Fiction : une dizaine de minutes tout au plus. Pourtant, il n’en faut pas au talent d’Harvey pour tout éclabousser et s’imposer comme peut-être la meilleure interprétation du casting, dans un style qui lui reste caractéristique : jouissif et délicieusement incorrect. Alors, pourquoi seulement 3e ? Parce que l’on trouve deux premiers rôles devant…

 

 

2) Charlie dans Mean Streets, réalisé par Martin Scorsese (1973)

 

1603060733523969214033677

Si Mean Streets se montre comme le premier gros film de Robert De Niro, c’est bien ici Harvey Keitel qui claque la grosse performance. D’une maturité incroyable, Harvey pose les prémices de ce qui sera ses futurs gimmicks. Un grand moment d’acting pour un grand film, comme on en fait plus aujourd’hui.

 

 

1) Lawrence « Larry » Dimmick, alias « Mr. White » dans Reservoir Dogs, réalisé par Quentin Tarantino (1992)

 

img_0100

 

Le premier film de QT est l’occasion de voir un incroyable trio : Madsen, Buscemi et surtout Keitel. Harvey resplendit littérament dedans comme jamais. Performance majestueuse dans un rôle pas si facile que ça, dans la lignée du côté « plus bourrin » de la partie de carrière de Keitel dans les années 90, Harvey marque et imprime nos rétines. Un incontestable numéro 1.

Un commentaire sur « Top 5 des performances d’Harvey Keitel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s