David Fincher, du pire au meilleur

David Fincher s’est affirmé au cours de sa carrière comme un des metteurs en scène les plus talentueux de sa génération. Son perfectionnisme et sa froideur ont créé une filmographie unique en son genre, où il faut avoir le coeur bien accroché tout du long. Alors que le tournage de la deuxième saison de sa deuxième série, Mindhunter, a commencé il y a quelques semaines, revenons ensemble, en toute subjectivité, sur les dix long-métrages du grand Fincher.

N°10 : Panic Room (2002)

panic-room-2002-36-g

Dix ans après Alien 3, Fincher revient avec un nouveau huis clos anxiogène, Panic Room. S’il est porté par une formidable Jodie Foster, le film semble pourtant marquer une fin de cycle chez Fincher, qui mettra 5 longues années avant de revenir avec Zodiac. Si Panic Room n’est pas foncièrement mauvais, il n’en reste pas moins une oeuvre sans vraiment d’inventivité par rapport aux oeuvres précédentes de Fincher, ce qui pousse évidemment à la déception.

N°9 : L’Etrange Histoire de Benjamin Button (2008)

curious-case-of-benjamin-button-2008

S’il n’y avait pas écrit David Fincher au générique, on y aurait presque pas cru, tant cette adaptation de F. Scott Fitzgerald détonne dans la filmographie de Fincher. Dernière (à ce jour) collaboration entre Fincher et Brad Pitt, le film s’avance comme une oeuvre prenante, porté par une équipe technique de haut vol et par un casting qu’il est tout autant. Mais sa qualité est aussi son défaut, car cette oeuvre hors des sentiers battus du réalisateur s’avère aussi une semi-déception, tant l’on ressent le manque de la petite touche Fincher qui rendrait ce film vraiment majestueux et marquant.

N°8 : Millénium : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes (2011)

19863471

Quand Fincher emmène James Bond dans le grand Nord, cela fait des étincelles. Adapté de la série de livres de Stieg Larsson, Millenium est un Fincher pur et dur tout du long. Malheureusement assez mineur, le film manque d’âme et nous laisse une oeuvre presque oubliable qui, si elle reste très plaisante à voir, ne constitue certainement pas un passage obligé chez Fincher, la faute au petit quelque chose qui rend un film marquant et transcendant, et qui n’est pas présent ici.

N°7 : Alien 3 (1992)

alien3-ripley

Une oeuvre que Fincher a lui-même rejeté, charcutée par les studios, Alien 3 nous dévoile cependant toute l’étendue du talent de Fincher, qui montre ici qu’il est plus qu’un simple réalisateur de clips musicaux. Huis clos intense à l’ambiance sombre, cet opus conclue l’arc narratif élaboré par Ridley Scott 13 ans auparavant de manière correcte, malheureusement miné par les soucis de production qui l’empêche de prétendre à une place plus haut ici.

N°6 : Se7en (1995)

se7en-brad-pitt-morgan-freeman

Considéré par nombre de spectateurs comme l’un des meilleurs Fincher, Seven a nombre d’arguments à faire valoir pour prétendre à tant d’honneurs. Porté par un trio d’acteurs qui sortent le grand jeu (Morgan Freeman est impeccable ; Brad Pitt, d’abord sûr de lui puis complètement désespéré, est ahurissant ; et Kevin Spacey, présent très peu de temps, est mémorable), Seven s’impose depuis sa sortie comme l’un des thrillers les plus poisseux, les plus crispants, et installe définitivement Fincher comme le maître du genre.

N°5 : The Game (1997)

game-fincher-2017-2

Coincé entre les deux mastodontes Se7en et Fight Club, The Game est la démonstration quasi parfaite de la capacité de Fincher à faire perdre ses repères au spectateur. S’il n’est pas exempt de tout défaut et comporte quelques longueurs, The Game reste avant tout un pur exercice de style et une vraie expérience de cinéma qui immerge totalement son spectateur aux côtés d’un Michael Douglas d’une incroyable justesse, lui proposant une expérience sensorielle bien trop rare en salles obscures, à notre plus grand bonheur.

N°4 : Zodiac (2007)

800-zodiac-blu-ray122

Outre être considéré comme l’un des maîtres du thriller, David Fincher est souvent affublé du délicat surnom de « roi du numérique ». Et s’il y a bien un film qui peut justifier un tel sobriquet, c’est bien Zodiac. Narrant l’histoire du tueur en série le plus célèbre des États-Unis, un assassin énigmatique qui fascine autant qu’il effraie et qui, depuis les années 70, n’a jamais été retrouvé. Une histoire tellement rocambolesque qu’on la croirait écrite pour Fincher : le bonhomme a visiblement été inspiré, puisqu’il livre une de ses meilleures oeuvres, où le numérique questionne le rapport du spectateur au réel, le rationnel face au quasi-surnaturel. Une oeuvre profondément fincherienne, et qui aura marqué les spectateurs de son temps.

N°3 : Fight Club (1999)

0bn1mmfq102v9-k7ds9cpg-article

Sûrement l’oeuvre qui cristallise le plus les avis chez Fincher, Fight Club reste avant tout l’exposition du talent de David Fincher porté par 2 acteurs au firmament de leur art. Fight Club arrive à nous interroger sur les travers du capitalisme, de l’anarchisme et des dérives sectaires, tout en présentant une histoire captivante au twist réussi, pour un film qui ne laissera, une chose est sûre, pas son spectateur indemne, dans le positif comme dans le négatif.

N°2 : Gone Girl (2014)

6335

Oeuvre sous-estimée de la carrière de Fincher, Gone Girl s’impose pourtant comme l’une de ses plus mémorables. Adaptation d’un roman de Gillian Flynn, Apparences, le film interroge les rapports humains et sociaux, au travers notamment du prisme de la télévision, toujours prompte à juger hâtivement. Outre un cynisme palpable, Gone Girl est surtout une merveille d’écriture, où les retournements de situation marquent l’esprit du spectateur et où la fin vous laisse avec un sentiment d’injustice comme rarement ressenti au cinéma. Les deux acteurs principaux offrent des performances à saluer : l’un pour retourner contre lui les critiques qui lui sont généralement faites, et l’autre pour livrer une performance grandiose, empreinte d’une certaine froideur. Une oeuvre dès lors mémorable sous tous les aspects, et qui donc mérite grandement cette deuxième place.

N°1 : The Social Network (2010)

11

À première vue, The Social Network pourrait passer pour le moins « fincherien » de la carrière du réalisateur. Et c’est pourtant ce qui semble en faire sa plus grande force. Car quoi de plus fascinant pour un réalisateur des apparences que de suivre l’histoire d’un homme qui a basé son empire là-dessus et dont le passé en fait une sorte d’énigme ? Mark Zuckeberg et David Fincher semblent à vrai dire partager quelques points communs : d’une précision chirurgicale sur leurs choix artistiques, au point d’en devenir pour certains maniaques à l’extrême, ils ont fondé leur carrière sur les faux-semblants ; l’un en créant un réseau social qui en est devenu le porte-étendard, l’autre en prouvant, à travers ses films, qu’il ne faut pas toujours être pétris de certitudes.
Et en cela, le visionnage de The Social Network s’avère en tous points fascinant, et s’il ne constitue pas son film le plus personnel, il est, à n’en pas douter, son plus autobiographique.

2 commentaires sur « David Fincher, du pire au meilleur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s