Voyage en terre inconnue #5 – Breaking News (2004)

Breaking News, film d’action hongkongais de 2004, réalisé par Johnnie To, avec Richie Jen, Kelly Chen et Nick Cheung

Bienvenue dans Voyage en terre inconnue, la chronique qui revient sur des films inconnus (ou presque) en France ! Aujourd’hui, pour ce cinquième volet, dirigeons-nous vers l’Asie et plus précisément Hong Kong, pour y découvrir une des oeuvres du célèbre Johnnie To : aujourd’hui, on parle de Breaking News !

2004, ou l’année du cinéma asiatique sur la Croisette. Grand Prix pour Old Boy du coréen Park Chan-Wook, prix d’interprétation féminine pour la hongkongaise Maggie Cheung : pas de doute, la présence de Tsui Hark, célèbre metteur en scène hongkongais, dans le jury et de Quentin Tarantino, amateur reconnu de cinéma asiatique, à la présidence a permis à Cannes de découvrir une frange trop rare du cinéma. En travers des gouttes pourtant, la postérité a omis une oeuvre : Breaking News de Johnnie To, présentée en hors compétition au détour des séances de minuit. Omission à tort ou à raison ? Tentative de réponse en quelques points.

Johnnie To nous montre toute l’étendue de son talent dès l’ouverture du film. En nous offrant un plan séquence à la grue absolument prodigieux, le réalisateur nous plonge directement dans une vision intimiste d’un Hong-Kong étriqué, où l’opposition se déroule que sur quelques mètres carrés. En jouant habilement sur le suspense, il plonge directement le spectateur dans l’urgence de la situation, nous impliquant de ce fait dans l’histoire. En nous plongeant ainsi dans l’histoire, Johnnie To nous implique émotionnellement afin que nous soyons pleinement attentif à la suite, tout en signant ici une scène dans les purs codes des films d’action. Ces codes justement, Johnnie va s’en emparer habilement tout le reste de son récit afin d’assurer une part de divertissement mais aussi planté un cadre cinématographique à son récit pour mieux lui insuffler son message. En effet, le réalisateur signe une oeuvre tout en finesse et sous-entendus : plutôt que de montrer d’une manière explosive et lointaine sa prise d’otage, notamment par l’intermédiaire des médias, Breaking News montre l’enfer du décor, en donnant un visage aux gentils comme aux méchants, dans une approche très humaniste. Le film ne nous interroge pas sur la place des médias dans les événements importants : il nous alerte sur la fragilité de ces derniers, devant la multitude de possibilité de manipuler l’opinion publique. Si un certain manichéisme est présent au début du film, entre les gentils policiers et les méchants malfrats, celui s’efface peu à peu, lorsque l’on observe le comportement froid et manipulateur de Rebecca, conjugué aux nombreuses preuves d’humanité dont fait preuve Yuen et ses comparses.

Dès lors, qui croire ? Johnnie To préfère nous exposer les choses à hauteur d’homme, pour que nous puissions nous faire notre propre avis. Il faut noter la tendance du réalisateur à filmer large nos journalistes (ce qui contraste avec, on l’a dit plus haut, le Hong-Kong étriqué), comme pour en faire une horde de zombies impersonnels, ainsi que les plans télévisuels, qui donne une sensation de superficialité sur la situation. Derrière chaque situation se trouvent des êtres humains comme vous et moi ; ce message, qui semblent filigrané pendant une bonne partie du film, prend tout son sens dans son dernier acte épique, où désormais plus rien n’entrave la réunion de nos protagonistes ; dépouillé des artifices médiatiques, c’est l’humain qui au final se retrouve comme la véritable victime de cette prise d’otage. C’est en ça que la maîtrise des codes du film d’action semble parfaite ici : en nous promettant un grand spectacle, Johnnie To nous captive émotionnellement, une émotion qu’il désarmera au fur et à mesure pour changer notre vision sur la situation ; d’un regard lointain de simple consommateur, nous devons acteur de notre propre spectacle, et la transition vers le dramatique se fait une aisance. Tout est ici imprégné d’un savant équilibre, preuve énorme que Johnnie To est un fin maître de la mise en scène.

Richie Ren (Yuen) & Kelly Chen (Rebecca Fong)

Critique plus intelligente qu’on ne le dirait de la manipulation des médias, Breaking News s’impose comme une petite perle bien trop oubliée, et le film le doit en partie aux talents de son metteur en scène Johnnie To. Jouant habilement des codes du film d’action, le film s’affirme comme un vrai bijou de divertissement, le tout doublé d’une réflexion captivante. A découvrir d’urgence.


Note

9/10

Avec Breaking News, Johnnie To signe un formidable film, mêlant habilement divertissement et réflexion. Toujours juste, Breaking News semble être un pur plaisir cinéphile comme on en voit que trop rarement.


Bande-annonce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s