John Wick Parabellum

John Wick Parabellum, film d’action de 2019 réalisé par Chad Stahelski avec Keanu Reeves, Halle Berry, Laurence Fishburne….

Synopsis : John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental. Excommunié, tous les services liés au Continental lui sont fermés et sa tête mise à prix. John se retrouve sans soutien, traqué par tous les plus dangereux tueurs du monde.

Si 2019 fût l’année des survivants avec Avengers: Endgame et la conclusion de Game of Thrones, il y en un qui, une fois de plus, n’en aura pas laissé beaucoup respirer. John Wick Parabellum est le 3ème volet de la saga John Wick qui nous plonge dans l’univers des assassins et des organisations mafieuses, avec des scènes de combats à couper le souffle qui ont su faire la réputation des 2 premiers volets. Mais quid de ce nouvel opus où notre cher ami John Wick va devoir affronter le monde suite à son excommunication pour avoir enfreint les règles du Continental ?

John Wick (Keanu Reeves) face a Yayan Ruhian et Cecelia Arif Rahman, 2 combattants aguerris au karambit.

John Wick Paraballum est la suite directe de John Wick 2 nous faisant reprendre l’histoire avec un Keanu Reeves dans sa course sous la pluie après avoir quitté le Continental. Soyons clair dès le départ, John Wick 3 est probablement le meilleur film d’action de cette année 2019. Les combats sont maîtrisés, Chad Stahelski, ancien chorégraphe, nous démontre tout son savoir faire pour sublimer l’action sans la dénaturer. C’est fluide, c’est beau, c’est réaliste, nous sommes loin des derniers Avengers où le manque de compréhension des combats au corps-à-corps est un reproche récurrent tout comme dans la plupart des films d’actions modernes, Jason Bourne 5 étant le principale exemple d’une saga d’action qui a su se perdre où chaque scène d’action était un calvaire autant pour nous que pour le monteur. Ici nous avons quasiment affaire à un modèle du genre, que ce soit sur le plan visuel ou technique des combats. S’il y avait un petit défaut à retenir, ce serait principalement un léger manque de réalisme dans la puissance des coups où certains adversaires ne cessent de se relever même après plusieurs coups aux parties génitales ou à la tête, comme si les mains de John Wick étaient faites d’amour et non de sang. Notons également que pour notre plus grand plaisir, certains assassins sont incarnés par des têtes bien connus du cinéma d’action asiatique important leurs styles et leurs armes.

En revanche si Parabellum est une claque pour ses combats et sa photographie (l’utilisation des lumières et des néons sublime ces massacres qu’on aime tant) il n’en est pas de même pour le scénario. Malgré un très bon rythme dès le début et une histoire originale qui vient à nous en apprendre plus sur le passé de John Wick et sa quête de rédemption auprès de La Grande Table, la dernière partie du film va malheureusement casser tout ce qui a était fait avant, en prenant des décisions illogiques qui nous font nous demander si tout cela était bien utile finalement. Un autre élément du scénario vient un peu à gâcher l’action autant qu’elle l’embellit. Dans le premier opus, la construction du personnage de John Wick était basé sur le respect qui lui était donné par ses pairs et sa réputation. Ainsi, avant que le personnage ne tue quiconque, on savait qu’il était une légende, le rendant encore plus dangereux que n’importe quel combat en séquence d’introduction. Au final ce respect est toujours présent et continue de maintenir l’aura du personnage qui avouons le, nous fascine toujours autant. Seulement cette aura va ternir l’action, ses adversaires ne lui donnant pas le coup de grâce à certains moment souhaitant en découdre plus longtemps avec leurs héros, faisant durer l’action pour notre plus grand plaisir mais qui dénature avec le réalisme du scénario. Cette situation amènera à des dialogues qui en feront rire certains mais pourra très bien en consterner d’autres, le personnage semblant à quelques moments devenir presque une parodie de lui-même.

Au final, si cet épisode n’est pas parfait, il remplit parfaitement son cahier des charges, et même si le scénario faiblit vers la fin, on ne peut qu’être ébahi devant les scènes de combat homme/chien de Casablanca ou le nombre d’objets qu’utilise Keanu Reeves pour tuer ses adversaires et la maîtrise des combats qui nous donne envie de revoir les précédents films nous fait très vite oublier son 3é acte, cet épisode confirmant l’entrée de la saga comme référence et modèle du genre pour la décennie actuelle.


Note :

8/10

John Wick Parabellum est une véritable vitrine du cinéma d’action, déjà culte pour les amateurs du genre. Une réalisation au top qui sublime des combats toujours aussi bluffants et impressionnants, ternie par un scénario qui nous a pourtant surpris très agréablement dans son déroulement avant un 3é acte faible dans l’écriture, qui comme un cheveux sur la soupe, nous rappelle que rien n’est parfait dans la vie, pas même le 7é art.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s