Le Temps des Gitans

Le Temps des Gitans (1989), film dramatique yougoslave, réalisé par Emir Kusturica, avec Davor Dujmovic et Bora Todorovic. Sortie Blu-ray : 22 mai 2019.

Synopsis : Né d’un soldat slovène et d’une mère tzigane, Perhan est élevé par sa grand-mère maternelle aux côtés de sa sœur infirme, de son oncle cavaleur et du dindon qu’il a adopté. Il aimerait épouser son amour d’enfance, mais la mère de la jeune fille s’y oppose fermement. Il ne lui reste plus qu’à gagner beaucoup d’argent pour espérer obtenir sa main… mais comment ?

La simple évocation de son nom nous renvoie l’image de ce cinéma de l’excès qui lui colle si bien à la peau. Kusturica est devenu, au fil du temps, l’emblème de l’exubérance, du débordement, du brouhaha et d’une joie de vivre caricaturée à l’outrance. Il faut dire, qu’à voir ses derniers films, le bonhomme n’a rien fait pour démériter cette réputation, bien au contraire. Seulement, on n’oublie parfois que le cinéma de Kusturica, n’est pas que du vacarme, des cris et un orchestre qui joue à toute berzingue ! Non, c’est un peu plus que cela, et il suffit de voir Le Temps des Gitans pour s’en convaincre !

Le Temps des Gitans d’Emir Kusturica

Pour son troisième long-métrage, le cinéaste voit les choses en grand et signe un film d’une étonnante richesse, aussi bien sur le plan thématique que visuelle, d’une belle tenue formelle mais surtout d’une incroyable flamboyance et d’une grande dramaturgie. On n’est pas encore dans cette fausse légèreté que l’on verra plus tard, ici bien au contraire, tout n’est que drame ou tragédie ! Il est vrai que le projet de faire ce film est né d’un sinistre fait divers concernant le trafic d’enfants en Yougoslavie et qui mettait aux prises un jeune Gitan. Mais plutôt que de réaliser un docu-fiction, Kusturica délaisse quelque peu ce sujet (ce qui lui sera d’ailleurs reproché) pour se focaliser sur le peuple Rom, en évoquant aussi bien sa vie ordinaire que ses coutumes. Le Temps des Gitans ne se voit donc pas comme un film réaliste, ou ethnologique, mais plutôt comme une fable écrite en l’honneur de tout un peuple, traduisant sa joie et son désespoir, son errance maudite et sa foi en un avenir meilleur. Pour ce faire, il puise son inspiration chez les grands poètes du septième art (Fellini, Chaplin ou encore Tarkovski) et tente ainsi de retranscrire sur la pellicule l’essence même de cette culture.

Pour mieux rendre compte de la réalité du peuple Tzigane, Kusturica décide d’observer l’un de ses enfants, Perhan, et évoque sa vie pleine de tourments, entre déracinements, pauvreté et amour déçu. Ainsi pour devenir un homme, le jeune Perhan va quitter le cocon familial pour tenter de réaliser ses rêves et ceux des siens. Seulement le voyage initiatique prend vite une dimension tragique : rattrapé par la malédiction de l’errance, le jeune homme perd vite son innocence et sa candeur, allant même jusqu’à renier ses propres valeurs et celles de sa famille. Si le rachat lui sera permis bien sûr, c’est surtout dans sa dimension symbolique que cette histoire individuelle prend tout son sens !

Davor Dujmović (Perhan)

À travers le destin de Perhan se dessine ainsi le destin Tzigane et Kusturica nous en expose les grands contours par le biais de la fable. C’est un monde typé qui s’offre à nous, fait de grande famille, de logements précaires, de boue et de gravats, où animaux et être humains partagent le même quotidien. La misère n’est pas cachée ni embellie, elle est juste montrée dans toute sa réalité, dans toute sa brutalité. Mais c’est surtout le destin d’un peuple, qui subit de plein fouet les turpitudes de la vie, qui va être mis en évidence avec une infime poésie par Kusturica.

Grandeur et décadence, rêve et désillusion vont ainsi donner le tempo général au film, irradiant chaque scène et chaque plan. Le folklore, coloré et bruyant, imprime la pellicule en profondeur. Les chants et ces mélodies inoubliables (Goran Bregovic au sommet de son art) imprègnent durablement l’atmosphère. La magie et les incantations spirituelles tentent de conjurer le sort, d’exorciser les pires angoisses, tout en espérant la réalisation des rêves les plus fous. Les cuillères volent, les maisons s’envolent, les corps lévitent, les Hommes pleurent ou rient : c’est toute la tragédie de la vie qui s’offre à nous ! On y parle d’amour et de haine, de jeunesse et de vieillesse, de la naissance et de la mort, et tout simplement de rêve et d’espoir déçu.

Si Kusturica nous présente le peuple Tzigane par le biais du réalisme magique, ce n’est pas pour tenter d’enjoliver une certaine réalité mais plutôt pour faire perdurer l’espoir ! C’est un univers très sombre qui est exposé ici, mais l’espoir existe toujours grâce au pouvoir du rêve et de l’imaginaire. Faire le grand saut n’est alors plus un problème lorsqu’on a l’espoir d’avoir des ailes dans le dos. Quant aux pessimistes qui pensent le contraire, Kusturica leur rétorque, en reprenant les paroles de la grand-mère : « et alors, si j’ai envie de rêver !« 

Le Temps des gitans d’Emir Kusturica


Note

8.5/10

Généreux, poétique et hors normes, Le Temps des Gitans fait partie de ces films rares qui vous hantent bien longtemps après la projection. Indéniablement, le chef-d’œuvre de Kusturica.


Bande-annonce


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s