Le Duel #2 – Le Daim

Le Duel est une rubrique en partenariat avec Le Drenche. Chaque vendredi chez eux, et chaque samedi ici, deux rédacteurs de Ciné Maccro confrontent leur avis, positif ou négatif, sur un film !

Le Daim, comédie française de 2019, réalisé par Quentin Dupieux, avec Jean Dujardin et Adèle Haenel

Synopsis : Georges quitte sa banlieue pavillonnaire et plaque tout du jour au lendemain pour s’acheter la veste à franges 100% daim de ses rêves. Un achat qui lui coûte toutes ses économies et vire à l’obsession.


Le Pour

Thomas G.

Dupieux et absurde : mariage fécond

La rencontre cinématographique entre Quentin Dupieux et Jean Dujardin avait de quoi étonner tant leurs univers semblaient loin d’être compatibles. Pourtant, force est de constater qu’avec Le Daim, le cinéaste prouve la polyvalence de son style et signe, après les deux prouesses qu’étaient Réalité et Au Poste !, une nouvelle réussite.

Le Daim se trouve en effet dans la pure continuité des thématiques de son réalisateur, entre éloge du no reason, de l’absurde et interrogation de la dimension symbolique des objets. Du pneu meurtrier de Rubber, l’on passe ici à un manteau 100% daim qui va devenir pour Georges (Jean Dujardin) une obsession dont on ne révélera pas ici tous les tenants et aboutissants. Quentin Dupieux interroge dans une vision matérialiste le rapport de l’humain aux objets et comment celui-ci peut verser dans une pure monomanie, soutenu par un scénario dans le pur style du réalisateur, épuré, avec peu d’effets criants de mise en scène, ou dès lors établis comme tels. La meilleure arme de Dupieux est avant tout son montage, rythmé par de simples notes musicales qui marquent l’évolution du personnage dans son rapport à l’Autre. 

Le cinéaste insuffle sa touche habituelle, en partant d’un monde à priori ordinaire pour créer autour de lui un univers absurde mais conservant sa propre cohérence. Se créent ainsi des situations ubuesques dans lesquelles Jean Dujardin, en simili-Dupieux, excelle : n’ayant jamais eu peur de casser son image d’acteur à la classe quasi hollywoodienne, il est le jouet du scénario du cinéaste, dont l’absurde tend à donner au personnage un certain pathétisme, bien aidé par le talent de l’acteur et son alchimie avec Adèle Haenel. Mais la force du Daim, c’est avant tout, comme Réalité, de parler de cinéma. En faisant de son personnage un cinéaste amateur au sens littéral du terme, Dupieux questionne ainsi le cinéma comme art de la Vérité et sonde le rapport du spectateur à celui-ci, rappelant, dans un aspect moins tranché, Sorgoi Prakov – My european dream de Rafaël Cherkaski. En développant son personnage principal autour d’astuces purement cinématographiques, Dupieux rappelle l’aspect originel du Septième Art comme celui de la prestidigitation, dans la manière dont l’absurde l’explicite comme manipulation de la réalité. 

Malgré une fin en dents de scie, qui rompt avec l’aspect irrationnel du long-métrage, Le Daim, dont les 1h17 empêchent l’essoufflement formel, reste une preuve de l’indéniable maîtrise de son style par Quentin Dupieux.


LE CONTRE

Antoine C.

Dupieux face à l’épuisement stylistique

Dire que Le Daim était une attente serait un euphémisme, tant les deux derniers films de Quentin Dupieux, Réalité et Au Poste constituaient de grandes oeuvres de cinéma. Mais face à ce 8e film du réalisateur parisien, la déception n’a finalement d’égal que l’épuisement stylistique qui s’impose à nos yeux.

Qu’est-ce qui finalement fait le style de Dupieux ? Une écriture minutieuse où l’absurde est calibré au millimètre afin que son apologie du no reason, qu’il explique si bien en ouverture de Rubber, prenne en permanence le contre-pied au spectateur. Malheureusement, Le Daim souffre d’un scénario fainéant, où les longueurs de la première partie deviennent insomniantes. Ne nous surprenant presque jamais, Dupieux ne semble jamais savoir comment lancer son film, et accumule les scènes à la gloire de Jean Dujardin pendant une heure, construisant une critique simpliste du matérialisme, coeur de son cinéma, qu’il a pourtant bien mieux traité auparavant, se traînant dans une évolution prévisible pour son personnage principal, et l’on attend finalement le moment où tout part en vrille, là où Dupieux redevient vraiment Dupieux.

Dujardin justement, qui trouve ici un rôle taillé sur-mesure, est finalement la plus belle réussite de ce Daim. La liberté dont il jouit lui offre un baroud d’honneur à devenir l’alter-ego du réalisateur. Bien compléter par Adèle Haenel, les combinaisons entre les deux acteurs sont peut-être ce qui nous permet, pendant de longues minutes, de rester dans le film.Dès lors, que dire finalement de ce Daim ? De retour en France après son escapade américaine, on sent que Dupieux est à un point charnière dans sa carrière. Comme une volonté de maturité, il semble vouloir tempérer son style, mais c’est le contraire qui s’affirme à nos yeux. Ne sachant presque plus quoi faire, Dupieux traîne péniblement sa caméra non inspirée, et on a vraiment l’impression que le bonhomme s’est épuisé stylistiquement. Il reste heureusement ce dernier segment qui rappelle les grandes heures absurdes, mais on a l’amère sensation au générique final que Dupieux n’a jamais vraiment su quoi faire de ce Daim. Plus qu’un navet, Le Daim est une réelle déception, où Quentin Dupieux expose des limites qu’on ne lui soupçonnait pas, et qui nous fait attendre la suite de sa filmographie, non plus avec envie mais avec crainte, en espérant que Le Daim ne soit qu’un épuisement stylistique temporaire, et non le début de la déchéance du talent et du style de Dupieux.


Bande-annonce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s