El Reino

El Reino est un thriller espagnol, réalisé en 2018 par Rodrigo Sorogoyen, avec Antonio de la Torre, Mónica López, Josep Maria Pou…

Sortie DVD/ BR : 21 août 2019.

Synopsis : Homme d’affaires influent dans sa région ibérique, Manuel Lopez-Vidal est destiné à atteindre les plus hautes sphères de son parti. Jusqu’au jour où il se retrouve pris au piège d’une affaire de corruption qui l’implique lui et l’un de ses amis les plus proches. C’est le début d’un engrenage infernal…

Les nostalgiques des grands thrillers politiques risquent d’être déçus : El Reino, sous ses dehors de charge pamphlétaire à l’égard de la corruption politicienne, privilégie bien souvent la forme au fond, l’épate à l’impétuosité, le shoot d’adrénaline au regard subversif que l’on était en droit d’espérer. Sans être creux ou vain pour autant, le dernier film de Rodrigo Sorogoyen trouve sa véritable raison d’être (vu) en devenant « survival », en faisant de la déchéance d’un politicien un vrai geste de mise en scène.

Le film de dénonciation, propre notamment au cinéma italien des années 70, était toutefois envisageable au vu du contexte politique espagnol. Sorogoyen, à demi-mot, semble d’ailleurs citer l’affaire Gürtel dans les grandes lignes, en faisant référence aux malversations multiples d’un parti politique (détournement de fonds publics, pots-de-vin, etc.). Seulement, plutôt que d’investir exclusivement le registre propre au film politique, en sondant par exemple les rouages de la corruption, il multiplie les ruptures de tons et de style en naviguant étrangement entre film de gangsters, comédie dramatique et chronique politique, avant de prendre sa pleine mesure en étant un véritable film de traque. On devine alors rapidement que El Reino est avant tout une œuvre formelle qui, à l’instar d’une série TV ou d’un page-turner, ne cherche qu’à attirer constamment l’attention du spectateur en lui proposant des rebondissements, du divertissement, des coups d’éclat, des instants sans temps morts ni profonde réflexion. Si on s’en contente, on peut passer un bon moment, sinon on risque vite de grincer des dents…

Film El Reino |Copyright Tornasol Films
Antonio de la Torre (Manuel López Vidal)

Les premières minutes, d’ailleurs, explicitent pleinement une démarche cinématographique qui se résume à maintenir le fond dans le flou et la forme dans le tape-à-l’œil : une musique électronique pulsative retenti, un plan-séquence s’amorce, et nous voilà collé aux basques de Manuel López-Vidal qui passe, en quelques secondes, d’une vaste plage à l’espace confiné d’une salle de restaurant. Très clairement, Sorogoyen se réfère à Scorsese (Goodfellas, The Wolf of Wall Street) et entretient promptement la confusion entre politiciens et mafieux. On pourrait trouver la séquence judicieuse si les effets de mises en scène ne venaient pas parasiter le contenu : on devine vaguement les grandes lignes de l’histoire (un vague parti politique, une vague affaire de corruption…), et on ne retient que l’esbroufe ou le superficiel (les mouvements de caméra, la musique…).

En agissant ainsi, en faisant de son histoire quelque chose de terriblement vague ou imprécis, Sorogoyen dilue de facto l’impertinence de son récit et flirte dangereusement avec le cliché du « tous pourris » ! Il faut dire, en effet, que le manque de nuance nous donne une vision presque caricaturale du politicien, tandis que la mise en scène s’efforce constamment de nous rappeler l’univers mafieux. Ce manque de finesse se retrouve dans la forme prise par le film, puisque le recours incessant aux mêmes effets de mise en scène (le combo plan-séquence/ musique électronique pour souligner la fuite en avant du personnage) devient aussi visible qu’insistant, transformant le discours subversif en un geste bien trop démonstratif.

Cela étant dit, il faut reconnaître que le film s’avère bien plus convaincant lorsqu’il ambitionne à n’être qu’un « simple » thriller. Après une première partie pour le moins poussive et laborieuse, El Reino quitte les méandres politiciens pour joliment ressusciter le film de traque, en rappelant parfois l’excellent North by Northwest. Sans concéder le moindre temps mort, la mise en scène traduit avec efficacité la course éperdue de López-Vidal, en lui imposant des impasses géographiques (bureaux, balcon, WC…) au fur et à mesure qu’il s’enferre dans les mensonges.

El Reino : Photo Antonio de la Torre |Copyright Tornasol Films
Antonio de la Torre (Manuel López Vidal)

Sans être révolutionnaire pour autant, le procédé a le mérite de diffuser suspense et émotions. Une impression qu’Antonio de la Torre, de par sa prestance à l’écran, va potentialiser en nous passionnant pour la traque d’un personnage a priori antipathique : ses angoisses, qui sont celles d’un homme lâché par tous, donnent une vraie force dramatique à ses péripéties (la quête désespérée d’un carnet pouvant le sauver, la fuite paranoïaque sur les routes…), mais surtout, en forçant notre empathie, nous rendent quelque part complice de ses méfaits. Le film, alors, se pare d’un peu de finesse en critiquant évidemment la corruption politicienne, mais aussi la complaisance douteuse que la société peut avoir à l’égard de ce système véreux : on se passionne pour le « spectacle » sans chercher véritablement les causes profondes du problème.

C’est une notion certes intéressante, mais que les imprécisions scénaristiques et les choix discutables de mise en scène ne permettent pas d’exploiter parfaitement. Il faut attendre la toute fin du film pour la voir véritablement se matérialiser à l’écran, à la faveur d’une remarquable séquence qui place les différents protagonistes (les mondes politiques et médiatiques) face à leurs propres contradictions. Malheureusement, même lors de cette scène, Sorogoyen ne peut s’empêcher de tirer inutilement sur la fibre émotionnelle : en faisant ôter à la journaliste son oreillette, il transforme le pantin du pouvoir médiatique en pseudo porte-parole de tout un peuple, en vague juge démagogue.

El Reino : Photo |Copyright Julio Vergne
El Reino, Rodrigo Sorogoyen

Note
6/10


Raconter les coulisses d’un pouvoir et les compromissions de parti, tout en privilégiant le grand spectacle, telle était l’ambition première d’El Reino. Un objectif atteint en partie seulement, lorsque le thriller a éclipsé les velléités subversives.


Bande-annonce

Un commentaire sur “El Reino

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s