Catégories
Incontournables

Dallas Buyers Club

Faisons un petit calcul. Prenez un Matthew McConaughey en état de grâce après Le Loup de Wall Street. Ajoutez ici un Jared Leto recherchant un nouvel élan dans sa carrière. Mélangez le tout. Cela vous donne Dallas Buyers Club.

Dallas Buyers Club

🎬 Réalisateur : Jean-Marc Vallée (Demolition, Wild…)

🎬 Casting : Matthew McConaughey (Le Loup de Wall Street, Interstellar), Jennifer Garner (Requiem for a Dream), Jared Leto (Suicide Squad, Blade Runner 2049)…

🎬 Genre : drame historique

🎬 Pays : Etats-Unis

🎬 Sortie : 29 janvier 2014 (France)

Synopsis : 1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.

Plus d’infos ici

Faisons un petit calcul. Prenez un Matthew McConaughey en état de grâce après Le Loup de Wall Street. Ajoutez ici un Jared Leto recherchant un nouvel élan dans sa carrière. Mélangez le tout. Cela vous donne Dallas Buyers Club.
Dallas Buyers Club, c’est l’histoire de Ron Woodroof (Matthew McConaughey), un cow-boy violent et homophobe, pratiquant le rodéo, accro à l’alcool, au sexe et à la cocaïne. Ron est diagnostiqué séropositif et qu’il lui reste 30 jours à vivre. Il réfute totalement cette idée, pensant que ce virus ne pouvait contaminer que les homosexuels. Il apprend ensuite que ce sont ses rapports non-protégés avec des toxicomanes qui l’ont amené à être malade. Voulant suivre un traitement à l’AZT, seul médicament autorisé sur le sol américain. Se rendant contre de l’inefficacité et la toxicité du médicament, il se lance dans une vaste contrebande de médicaments alternatifs à l’AZT, contre l’avis de la FDA. Il s’associe avec Rayon (Jared Leto), une séropositive transgenre, et fonde le Dallas Buyers Club, qui apporte un soutien aux séropositifs en acheminant des médicaments du Mexique ou du Japon.

img_0084

Cette histoire est une histoire vraie. Ron Woodroof a vraiment existé. Il est mort le 12 septembre 1992 à Dallas.
Ron, au début du film, est un parfait connard. Le genre de paysan tout droit sorti du fin fond de l’Alabama des années 70. On apprend d’abord à le détester. Puis, on le voit tout doucement sortir de sa société, qui le rejette à cause de sa maladie. Il se tourne vers ceux qu’il a tant de fois injurié. Parce que oui, Dallas Buyers Club, c’est avant tout une histoire humaine. Rempli des clichés d’une Amérique bouleversée, ce film nous dresse une copie quasi parfaite et nous fait prendre conscience de la dureté de la vie de ses malades. Jean-Marc Vallée a ainsi réussi la prouesse de manier les émotions correctement, permettant ainsi au film d’être d’un réalisme saisissant sans tomber dans dans les clichés cinématographiques.
Il faut aussi souligner la performance de Matthew McConaughey et de Jared Leto, qui, malgré les difficultés du tournage (ils ont dû perdre 20kg), traduisent à merveille les sensations de leur personnage. Ils ont d’ailleurs été récompensé chacun (et c’est mérité) par un Oscar (même si, je vous avoue, que je ne reste pas insensible aux performances des battus Leonardo DiCaprio et Jonah Hill pour leurs rôles dans Le Loup de Wall Street, qui est l’un de mes films préférés 🙂 )
Et mention de plus pour Jared Leto, qui joue le rôle d’un transgenre, rôle très difficile et qui montre tout le talent de cet acteur.

Note : 10/10
Moyenne IMDb : 8/10

5 réponses sur « Dallas Buyers Club »

[…] ans. En effet, le 11 juin 2015, je créais un blog, et sortais un premier papier, une critique sur Dallas Buyers Club. Cinq années sont passées, cinq années où le site a vécu de nombreuses choses, et a recueilli […]

Laisser un commentaire