Catégories
Personnalités

La décennie de… La Manie du Cinéma

La chaîne Youtube La Manie du Cinéma revient, en 6 questions, sur une décennie de cinéma.

Une décennie qui s’achève, c’est aussi une décennie de cinéma qui a réservé ses chefs-d’œuvre et ses déceptions. Réalisateurs, journalistes, vidéastes… Retrouvez durant le mois de janvier les témoignages de ceux qui ont vécu 10 années riches en enseignements.

La chaîne Youtube La Manie du Cinéma revient, en 6 questions, sur une décennie de cinéma.

La Manie du Cinéma est une chaîne Youtube ouverte en octobre 2017, où vous pouvez retrouver régulièrement de nombreuses vidéos autour d’une passion : le cinéma.


5 coups de cœur ?

Scott Pilgrim VS the World

Un film explosif, un rythme fou, un Edgar Wright qui s’éclate en adaptant quasi case par case une bande dessinée géniale, c’est un de mes plus gros coups de coeur de film tout court. Autant d’énergie dans une histoire, c’est absolument kiffant !

La La Land

J’ai découvert le cinéma avec Chantons sous la pluie dont La La Land est le plus digne héritier. J’aime ce film pour ses musiques, son authenticité et tous les regards rêveurs qu’il a pu créer.

L’île aux chiens, Grand Budapest Hotel, Moonrise Kingdom

En fait, tous les Wes Anderson de la décennie. Ce réalisateur est encore trop niche pour le grand public, alors qu’il est un des meilleurs conteurs d’histoire que notre génération puisse connaître. J’aime son côté déluré et fou, avec un fond de tendresse enfantine attachante.

Les gardiens de la galaxie et Deadpool

On vient de vivre une décennie de films de super-héros et ces deux-là, ce sont ceux qui ont su tirer leur épingle du jeu, qui ont su plaire sans nous rabacher encore et encore l’American Power. En fait, ce sont des films d’anti-super-héros, et c’est kiffant !

Midsommar

Je dirais simplement que j’ai beaucoup de mal avec les films d’horreur et celui-ci est devenu un de mes préférés (je le mets à égalité avec Parasite)


5 déceptions ?

Un raccourci dans le temps

J’attendais le retour de Disney avec des films en prises de vue réelles et… ce n’est même pas que j’ai été déçue. C’est que j’ai quitté sciemment la salle pendant le film parce que je m’ennuyais.

Le retour de Mary Poppins

Même chose que pour le précédent, Mary Poppins étant un de mes Disney préférés. Cette “suite” est ridicule, sans originalité ni intérêt. Les musiques sont sympas mais on les oublie très vite.

Lucy

Doit-on vraiment expliquer en quoi ce film est l’une des plus grosses blagues de la décennie ?

Beauté cachée

Ce film est l’exemple même que les bande-annonces peuvent être mensongères. Je me souviens qu’elle m’avait beaucoup touché, qu’elle m’avait donné envie comme rarement une bande-annonce donne envie, alors que le film est médiocre et sans originalité. Bravo les publicitaires !

Star Wars 9

et un peu toute la trilogie de ces dernières années… A part le septième opus, la saga Star Wars de cette décennie n’est pas arrivée à me faire rêver comme l’originale. Oui, c’était sympa, mais je n’en garderais malheureusement pas un bon souvenir (surtout le dernier opus).


Le film de la décennie destiné à devenir culte ?

La La Land : c’est un film joyeux, doux, mais aussi dur et triste, qui raconte ce que le cinéma a toujours le mieux su raconter sur ses écrans : la vie, l’amour, la déception, le tout sur un fond musical entêtant. La La Land, c’est pour moi le film qui décrit le mieux ce que j’ai vécu du cinéma ces dix dernières années.


Le fait marquant de la décennie ?

#Metoo et l’affaire Weinstein : les langues se sont enfin déliées et les femmes se sont faites entendre. C’est une grande avancée dans le monde du cinéma comme dans la société en général. Les femmes commencent enfin à se libérer, leurs paroles à être acceptées et j’espère que ces mouvements permettront une plus grande place pour la femme et ses besoins de création et d’écoute dans l’industrie du cinéma.


La bande originale de la décennie ?

Le thème de Rey : même si les films n’ont pas forcément été tous à mon goût, on ne peut que constater que cette décennie fut encore celle de John Williams. Et principalement, avec ce thème. Déjà, notons que le protagoniste de la plus grande saga de l’Histoire du cinéma est UNE protagoniste et que son thème, bien que tendre à certains moments, est plein de force et de puissance. C’est encore du merveilleux John Williams !


Une image pour résumer la décennie ?

« 82 femmes pour représenter les 82 réalisatrices présentées en compétition au Festival de Cannes »

Cette photo prise en 2018 au Festival de Cannes. Ce Festival m’a toujours beaucoup touché car je l’ai vécu plusieurs fois, étant originaire du Sud de la France. Et cette image, c’est ce qui m’a permis d’enfin me dire « Ce n’est pas parce que tu es une femme que tu ne peux pas réussir. Après, ce n’est pas encore gagné, mais regarde, elles sont là, elles se battent pour être représentées dans le plus grand festival du cinéma du monde, elles sont fortes et fières, je veux faire partie d’elles. »

Merci à La Manie du Cinéma pour ses réponses. Vous pouvez la retrouver sur sa chaine Youtube, sur Twitter ou la soutenir sur Tipeee.

Laisser un commentaire