Catégories
Personnalités

La décennie de… Les rédacteurs de Ciné Maccro

Les rédacteurs de Ciné Maccro vous livrent leur ressenti sur la décennie qui vient de s’achever, entre coups de coeur et déceptions.

Une décennie qui s’achève, c’est aussi une décennie de cinéma qui a réservé ses chefs-d’œuvre et ses déceptions. Réalisateurs, journalistes, vidéastes… Retrouvez durant le mois de janvier les témoignages de ceux qui ont vécu 10 années riches en enseignements.

Ciné Maccro

Les rédacteurs de Ciné Maccro, au nombre de cinq, vous livrent chacun leur ressenti sur la décennie !


5 coups de cœur ?

Antoine

Whiplash 

Mon premier choc en salles quand je me suis mis à m’intéresser au cinéma.

Brigsby Bear

Parfois l’on se prend d’affection pour une œuvre sans que l’on comprenne pourquoi. Brigsby Bear est de ceux-là, une douceur qui a renversé mon coeur…

Parasite

La grande masterpiece de cette décennie, la claque, un immense film signé Bong Joon-ho, se bonifiant visionnage après visionnage.

Swiss Army Man

Comme quoi, on peut être surpris même lorsque l’on attend un film. D’une densité que je n’avais soupçonné, Swiss Army Man m’a emporté avec ses personnages de bout en bout. Un vrai coup de coeur.

Vice-Versa 

Jamais un film d’animation ne m’avait autant renversé. Une affection sur-le-champ pour ce Pixar (alors même que le studio m’a toujours bercé), devenu instantanément un de mes films d’animation favoris que je ne me lasse pas de revoir.


Thomas

Blade Runner 2049

Il n’était pas chose aisée de passer après ce monument qu’est Blade Runner. Villeneuve a réussi, en livrant un film qui se suffit à lui-même et qui reste une des plus insolentes démonstrations techniques de ces dernières années.

Ma vie avec John F. Donovan

N’étant pas habituellement fan du style de Dolan, j’ai découvert avec ce film une puissance et une théâtralité bien plus prenantes qu’auparavant, et ai été complètement cueilli par le métrage.

Once upon a time… in Hollywood

Tarantino aura attendu son avant-dernier film pour parler pleinement de cinéma. Et en ressort son film le plus touchant, le plus mélancoliquement et, sans doute, son plus puissant.

Un jour dans la vie de Billy Lynn

Outre la prouesse technique, Billy Lynn est avant tout un film puissant et touchant, un regard acerbe sur les méfaits psychologiques de la guerre, qui a l’intelligence de ne jamais tomber dans le pathos ou le mélodramatique.

Portrait de la jeune fille en feu

Il est trop tôt pour statuer de son impact au long terme, mais au-delà de l’aspect total du long-métrage, de cette peinture filmique réussie de bout en bout, le fait d’avoir ce regard féminin sur ces femmes, sans pour autant l’enfermer dans un féminisme exacerbé, me fait croire que son impact culturel sera important.


Nils

The Perks of Being a Wallflower

Le Loup de Wall Street

Toy Story 3

Batman V Superman (version longue)

Les Huit Salopards


Victor

La La Land

Mommy

The Grand Budapest Hotel

Gone Girl

Les Misérables


5 déceptions ?

Antoine

Once Upon a Time… in Hollywood

La sensation de voir un film l’âme de Tarantino. Peut-être en avais-je trop d’attentes, mais le film m’a semblé moyen, banal ; tout l’inverse d’un Tarantino…

Blade Runner 2049

Villeneuve m’a déçu toute cette décennie, à l’exception de Prisoners. Il est, à mon sens, dans une philosophie impropre à la qualité cinématographique : j’ai l’impression que Villeneuve se sert du film pour se mettre en avant au lieu de se mettre au service du film. Blade Runner 2049 est le symbole de cela, pour une ‘‘suite’’ qui n’aurait jamais dû exister.

Mommy 

Mes remarques faites sur Villeneuve s’appliquent aussi à Dolan. Trop de pathos tue le pathos, j’ai la sensation que Mommy dégouline dudit pathos à tel point que je n’y crois pas du tout et que j’en suis dégoûté.

The Tree of Life

Palme à l’unanimité ? Malick s’est à mes yeux affirmer durant cette décennie comme un empereur du vide, un parodieur du côté spirituel de Kubrick, et The Tree of Life semble son pire méfait pour moi.

Hugo Cabret 

Mon premier Scorsese. Je n’étais qu’un enfant lorsque je l’ai vu en salles… Jamais été saisi par un film, dont mon principal souvenir est une bouillie atroce d’effets spéciaux. Clairement le film de Marty que j’aime le moins.


Thomas

Star Wars 7

Plus encore que la postologie dans son ensemble, cet épisode VII, terriblement commun, a lancé sa trilogie sur des rails bien trop prudents, alors que Star Wars avait toujours représenté une prise de risques. Et au final, cette trilogie a, par sa faute, foncé droit dans le mur.

Only God Forgives

Si les détracteurs de Nicolas Winding Refn me semblaient des hérétiques, je fus forcé de leur donner raison avec ce film, pure esbroufe, parodie de Refn et de son acteur Gosling. Ni fait, ni à faire, ce film est l’incarnation de l’ego surdimensionné de son cinéaste.

Bohemian Rhapsody

Une honte absolue pour quiconque a apprécié Queen dans sa vie. Crachant à la tête de Freddie Mercury, gonflé de l’ego de ses producteurs-musiciens, le film est une misère de montage, et ses récompenses aux Oscars sont un aveuglément incompréhensible de l’Académie.

Venom

Une purge absolue, le pire de ce qui peut se faire à Hollywood. D’un personnage aussi charismatique, l’on aurait pu trouver un angle intéressant ; mais le film n’est que l’incarnation d’un cinéma de blockbuster en bout de course.

Spotlight

Quand le grand gagnant au sortir des Oscars ne vaut pas mieux qu’un vulgaire téléfilm.


Nils

 Justice League

Les animaux Fantastiques : Les crimes de Grindewald

Bohemian Rhapsody

Interstellar

Suicide Squad


Victor

La trilogie Star Wars

Moonlight

Bohemian Rhapsody

Batman V Superman

Godzilla 2


Le film destiné à devenir culte ?

Antoine

Mad Max : Fury Road

Il a eu objectivement un impact à court et long terme absolument dingue, avec un consensus d’avis positifs. Il reste le film symbole de cette décennie à mes yeux


Thomas

Blade Runner 2049

Mes camarades les ayant déjà cités, je ne parlerai pas de Mad Max : Fury Road ou de Drive, qui pourraient concourir à ce statut. Mais pour la réussite miraculeuse de son entreprise, ses qualités indéniables, et le simple fait qu’il polarise aussi extrêmement les débats… Tout cela me fait penser qu’on reparlera encore longtemps de ce film.


Nils

J’aurais tendance à dire Drive mais il l’est déjà, donc je vais répondre Batman V Superman que le temps est en train de réhabilité grandement.


Victor

Mad Max Fury Road


Le fait marquant de la décennie ?

Antoine

La sortie de Star Wars 7

Un moment de folie alors même que les fans peuvent voir un épisode inespéré. Mais cette sortie est surtout un moment charnière de la décennie ; alors que les blockbusters grossissaient sans frein, depuis Star Wars 7, il y a comme l’amère sensation que le système commence à rencontrer ses premières limites, et que l’aura des grosses machines hollywoodiennes est devenue franchement négative. A voir dans la prochaine décennie !


Thomas

Scorsese v. Marvel

Sous ce titre un brin exagéré, la lueur d’espoir que, peut-être, avec les paroles du sage Marty sur les films Marvel, Hollywood et le public se réveilleront de leur léthargie et cesseront de porter aux nues ce cinéma du vide.


Nils

L’arrivée des plateformes de streaming et toutes leurs conséquences comme le changement de mode de consommation des films et leur mode de production, par exemple des grands comme Scorsese qui font des films pour ces dites-plateformes.


Victor

L’essor des blockbusters à la sauce Marvel…


La bande-originale de la décennie ?

Antoine

The Hateful Eight par Ennio Morricone

Parce qu’on a pas tous les quatre matins une BO du Maestro, alors qu’en plus il livre un de ses meilleurs travails…


Thomas

Ad Astra

Pour les grandioses envolées de Max Richter, dans un film injustement boudé.


Nils

Django Unchained 


Victor

Les BO de Justin Hurwitz dans les films de Damien Chazelle.


La photo de la décennie ?

Antoine

C’est presque un ‘deuxième moment de la décennie’. Qui dépasse lui le simple cadre du cinéma. La chute de celui qui devient malgré lui le symbole d’un changement moral nécessaire pour le cinéma et pour le monde. Puisse les leçons de cette histoire en matière d’équité et de respect puisse perdurer…

Thomas

Le regard ému d’un acteur immense, peut-être le plus grand du cinéma français, récompensé, à juste titre, pour une carrière formidable. Quand le rocher vacille d’émotion, on ne peut que souscrire à celle-ci.

Nils

Di Caprio

Victor

La La Land

Merci aux rédacteurs pour leurs réponses qui viennent compléter celles de leurs collègues des réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *