Catégories
Incontournables

La Première Marche

Quand la Pride et ses combats vont au-delà du périph.

🎬 Réalisateurs : Hakim Atoui (4 Fromages) & Baptiste Etchegaray

🎬 Casting : Youssef Belghmaidi , Yanis Khames, Luca Poissonnet, Annabelle Redortier

🎬 Genre : Documentaire

🎬 Sortie : 14 octobre 2020 (France)

Synopsis : Le 9 juin 2019, quatre étudiants mènent à Saint-Denis la première Marche des fiertés en banlieue. 50 ans après Stonewall, ils imposent le combat LGBT là où personne n’avait voulu l’imaginer. Une immersion trépidante parmi les organisateur.rice.s de la pride, banlieusard.e.s et fier.e.s. Les enjeux d’intersectionnalité et d’inclusivité des luttes sont clairement posés. Les jeunes militants débordent d’une énergie communicative dans un documentaire plein de conviction et d’engagement, qui inspire une volonté d’unité face aux oppressions.

C’est exactement cette image négative de la banlieue qu’on veut retourner à travers cette association.

Yanis

La Première Marche est le premier documentaire de ses réalisateurs et quels sujets forts pour appréhender ce genre ; car malgré un titre réducteur, ce film ne s’arrête pas à la Pride mais traite d’une multitude de combats, d’inégalités et de préjugés qui affectent l’image qu’on se fait d’une banlieue. Avec La Première Marche, Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray font un pas vers l’acceptation, la tolérance et la fin des stéréotypes.

La Première Marche

Cinquante ans après Stonewall, c’est en Seine St-Denis que quatre jeunes adultes ont décidé de mener leur Pride, celle qui leur ressemble, celle qui les rassemble : la Pride des banlieusard.e.s, la première Marche des Fiertés en banlieue. Outre l’envie de s’assumer, d’être fier.e.s et de le montrer, c’est un message fort que ces jeunes veulent mettre en lumière. On s’éloigne alors assez facilement de l’organisation de la marche pour découvrir des individus, des convictions et des critiques de notre société.

Grâce à ce film, c’est tout un pan de notre société qui nous est offert à redécouvrir, à réapprendre et à connaitre réellement. Yanis, Annabelle, Luca et Youssef sont les portes-paroles des banlieusards qui subissent les stigmates de leur milieu social. Leur slogan est simple : « Banlieusard.e.s et Fier.e.s » . C’est donc dans un besoin de se faire entendre, de dénoncer et d’informer que nous allons les suivre à la radio, dans les rues et dans l’organisation de leur marche des fiertés : stéréotypes, islamophobie, racisme, clichés, homophobie… ils nous offre les portraits d’une jeunesse qui veut du changement, qui affirme ses convictions et qui sait de quoi elle parle… Alors laissons-leur la parole.

La Première Marche

La Première Marche défend des causes importantes et informent sur certains sujets parfois méconnus mais qui malheureusement ne sont pas nécessairement expliqués tout au long du film : homonationalisme, homonormativité, pinkwashing, intersectionnalité… de quoi noyer le spectateur sous une pile d’informations imbuvables.

L’aspect amateur du film se fait ressentir dès le début mais s’améliore tout au long du documentaire qui a suivi pendant 6 mois la petite troupe au travers de leur parcours ; mais cet amateurisme ajoute au réalisme et à l’authenticité que revendiquent La Première Marche. Ces jeunes ne sont pas des personnages mais des personnes avec un caractère fort et sans filtre : une légèreté et un humour qui donnent un souffle de fraicheur. On se retrouve au plus près d’eux, de leur vie et sans doute au plus juste et au plus vrai.

Quand on est homosexuel en banlieue populaire, on est aussi victime des stigmates de la banlieue. On est « le banlieusard« .

Yanis

Note

Note : 6 sur 10.

6/10

Ce film, parfois maladroit et décousu ne manque pas d’authenticité et d’engagement pour dépeindre le portrait d’un groupe d’activistes qui lutte contre les stéréotypes et les stigmates liés à leur milieu social mais qui se bat surtout pour être entendu et vu au-delà de cette condition : La Première Marche amène la Fierté en plein coeur des banlieues : une nécessité.

Laisser un commentaire