Catégories
Incontournables La Caverne des Films

Les Enfants de la Nuit

Retour sur la naissance d’une histoire d’amour interdite dans un pays en pleine guerre.

Les Enfants de la nuit : Affiche

🎬 Réalisatrice: Caroline Deruas

🎬 Casting: Adèle Haenel (Portrait de la Jeune Fille en Feu), Felix M. Ott, Yves Donval, Arthur Igual,

🎬 Genre: Drame, romance

🎬 Sortie: 31 octobre 2012 (France)

Plus d’infos ici

Synopsis: Printemps 1944. « Il y a des amours qui naissent comme une évidence. De leur histoire on ne peut pas dire qu’ils en ignoraient l’issue fatale, on peut seulement dire qu’elle était inévitable.» Issue d’une famille résistante, Henriette vit l’inconcevable : elle tombe amoureuse de Josef, un jeune soldat allemand. Marcel, son ami d’enfance, secrètement amoureux d’elle, découvre leur histoire et rejoint le maquis à la veille de la libération. Lorsqu’il rentrera, il ne sera plus seul et portera le brassard…

Après L’étoile de mer sorti en 2006 et Le feu, le sang, les étoiles sorti en 2008, Caroline Deruas revient trois ans plus tard avec un troisième court-métrage, Les Enfants de la Nuit, sélectionné et récompensé au Festival international du film de Locarno.

Le film s’ouvre sur une scène où nous voyons Henriette, allongée sur le sol, les yeux fermés, accompagnée d’une voix off en arrière plan. Comme l’annonce les toutes premières phrases prononcées, la fin tragique de cette romance est inéluctable. C’est cette même voix off qui nous replace dans le contexte de l’époque, qui introduit chaque nouveau personnage avec une rapide présentation de celui-ci et intervient pour nous donner quelques détails dans certaines scènes.  

Les deux amants se sont rencontrés sur une petite route, alors qu’Henriette rentrait chez elle avec son vélo, Josef arrive et s’arrête devant elle pour essayer de commencer une conversation. Henriette lui dit d’entrée de jeu qu’elle déteste les Allemands, et lui, il lui annonce qu’il se bat contre les Français. Plus tard dans le film, Henriette reproche à son amant d’avoir suivi le mouvement nazi, de ne pas avoir su penser par lui-même et de combattre pour les forces ennemies. Malgré ces nombreux différends, leur attirance, leur amour est plus fort que tout. L’amour de ces protagonistes et montrer par des gestes et des regards qui sont accompagnés par les mouvements de la caméra et par des gros plans sur les visages de ces derniers. Ici, La cinéaste nous montre que même si les obstacles sont présents, l’amour l’emporte sur la raison.

Les Enfants de la nuit : Photo Adèle Haenel, Yves Donval
©Ad Vitam

Pour ce qui est du visuel, le noir et blanc apporte un côté stricte et élégant au film, mais cela permet également au spectateur de se plonger dans l’atmosphère de l’époque. Au niveau des décors, cela reste assez simple et le film est tourné dans peu de lieux différents, ce qui est fort dommage. Il y a aussi très peu de scènes en intérieur et cela symbolise un grand sentiment de liberté pour les deux amants, car nous les voyons souvent dans une petite église en ruine à l’écart des autres et de tout jugement.  Le scénario, écrit par Caroline Deruas et Claire Legendre est bien construit, et assez fluide et les deux acteurs principaux, Adèle Haenel et Felix M.Ott nous livre une belle performance.

Le court-métrage se finit alors par la mort de Josef et Henriette, est quant à elle, emmenée sur la place publique où on lui rasera la tête. Des gros plans sont alors fait sur son visage, pour que le spectateur puisse voir ce visage triste, vide et accablé par la honte.

Les Enfants de la Nuit est donc un bon court-métrage qui aborde le sujet d’une histoire d’amour interdite pendant la Seconde Guerre Mondiale de façon très juste, et le sort réservé aux femmes qui ont « pactisé » avec l’ennemi, mais sans aucun jugement moral de la part de la réalisatrice sur ces événements passés.

Les Enfants de la nuit : Photo Félix M. Ott
©Ad Vitam

Note : 7.5 sur 10.

7,5/10

Dans son court-métrage, Les Enfants de la Nuit, la réalisatrice filme la jeunesse insouciante qui veut être libre d’aimer sans aucun jugement , dans une société et un pays frappés par la guerre.

Laisser un commentaire