Catégories
Séries

Stranger Things : saison 4

Retour sur la quatrième saison de Stranger Things, disponible sur Netflix.

🎬 Showrunners: Les Frères Duffer

🎬 Casting : Millie Bobby Brown, Noah Schnapp, Finn Wolfhard, Joe Kerry, David Harbour, Winona Ryder

🎬 Genre : Horreur/aventure

🎬 Sortie : 27 mai 2022

Plus d’infos ici

Synopsis : Six mois se sont écoulés depuis la bataille de Starcourt qui a semé terreur et désolation sur Hawkins. Encore titubants, nos amis se trouvent séparés pour la première fois – et la vie de lycéen n’arrange rien. C’est à ce moment de vulnérabilité qu’une nouvelle menace surnaturelle apparaît et, avec elle, un terrible mystère qui pourrait être la clé permettant de mettre fin aux horreurs du monde à l’envers.

La quatrième saison de Stranger Things est une bénédiction pour Netflix. Sortie après l’annonce d’une perte historique d’abonnés pour la plateforme de streaming, ces nouveaux épisodes ont réussi à remettre la firme américaine sur le devant de la scène. C’est bien simple : tout le monde ne parle que de Stranger Things. L’engouement médiatique est certes important, mais cela veut-il dire que la quatrième saison de la série met tout le monde d’accord?

Quatre intrigues pour la saison 4

La fin de la troisième saison de Stranger Things avait divisé les personnages en trois groupes. Will, Eleven, Joyce et Jonathan s’en allait en Californie tandis que le reste de la bande restait à Hawkins, dans l’Indiana. De son côté, Hopper était fait prisonnier des russes qui l’avaient alors emprisonné. La quatrième saison, qui démarre quelques mois plus tard, propose de garder la même dynamique pendant presque toute la série. Ainsi, ce n’est pas vraiment une, mais trois histoires différentes que nous suivons, voire quatre à partir du moment où Eleven part vivre ses aventures de son côté.

Eleven dans la saison 4 de Stranger Things
Eleven partira vite de son côté …

Cette division est adaptée au nouveau format des épisodes qui durent désormais plus d’une heure trente car il permet de constamment rafraîchir l’intrigue en basculant d’un endroit à l’autre. On ne s’ennuie jamais vraiment, ce qui est une véritable prouesse compte tenu de la durée des épisodes et du nombre impressionnant de personnages principaux.

Cependant, ce découpage présente également un inconvénient de taille : toutes les intrigues ne se valent pas. Les deux principales intrigues, celle de Hawkins et celle d’Eleven, permettent de faire avancer le récit alors que celle de la « Team Cali » et d’Hopper en Russie pourraient presque passer pour des intrigues parallèles. Au final, Will, Jonathan, Mike et leur nouvel ami Argyle ne servent à rien tant qu’Eleven ne les rejoignent pas, et l’arc narratif d’Hopper pourrait presque être une série à part tant il est détaché du reste et n’a aucune conséquence sur le reste du récit, si ce n’est à la fin grâce à une facilité scénaristique évidente.

Will, Mike, Jonathan et Argyle
Les aventures de la « Team Cali » ne sont pas toujours passionantes à suivre …

Les deux intrigues principales sont toutefois plaisantes à suivre. Le mystère de Vecna et de son identité, couplé à l’aventure d’Eleven, permet d’en apprendre un peu plus sur l’univers de la série. L’enquête principale, quant à elle, est toujours écrite avec soin et propose quelques moments marquants.

Heureusement pour nous, même si les intrigues ne sont pas toutes passionnantes, elles nous permettent au moins de passer du temps avec nos personnages préférés. Que ce soient les anciens protagonistes auxquels nous sommes attachés depuis la première saison ou les nouveaux venus comme Eddie Munson, devenu immédiatement le nouveau favori, tous bénéficient d’un temps équivalent à l’écran, ce qui apporte un équilibre agréable aux épisodes. Le jeu d’acteur est également irréprochable : même si les protagonistes ont grandi, ils arrivent à conserver ce comportement adolescent et souvent impétueux qui les caractérise. L’alchimie entre les acteurs fait également beaucoup, que ce soit entre les personnages déjà connus ou les nouveaux venus comme Eddie. En effet Joseph Quinn crève l’écran dans le rôle du métalleux.

Eddie Munson dans Stranger Things saison 4
Eddie, nouveau venu de la saison 4, est une bouffée d’air frais

Un timide retour aux sources

Tout comme ses personnages, Stranger Things a évolué avec son public. Le ton a parfois su se faire plus mature en explorant les déboires amoureux de ses personnages (de manière parfaitement niaise par moments) et en se montrant plus explicite dans ses moments gores. De nombreuses critiques avaient toutefois été formulées à l’encontre de la saison 3, notamment à cause de l’intrigue russe que beaucoup trouvaient trop clichée et pas assez effrayante.

La saison 4 de Stranger Things partait sur de bonnes bases, avec quatre épisodes axés sur l’horreur. Vecna, le nouveau méchant de la saison dont la véritable identité est révélée par la suite, commet des meurtres assez graphiques et impactants grâce à leur mise en scène travaillée et le sound design qui les accompagne. Chaque meurtre est soigné et les scènes qui les précèdent font monter la tension d’un cran car le spectateur sait que les personnages sont condamnés. Un début de saison solide donc, qui revenait aux bases de la première saison.

Vecna, méchant de la saison 4 de Stranger Things
Vecna est le nouveau grand méchant de la saison 4

Malheureusement, la fin de saison (à partir de l’épisode 6) se transforme en film d’action, et ce notamment dans les deux derniers épisodes. Avec ce final, diffusé un mois après la sortie des premiers épisodes, la volonté de Netflix est on ne peut plus claire : faire monter l’attente et transformer Stranger Things en une énorme machine au budget imrpessionant. Les équipes se rejoignent, et la bataille finale commence, avec de nombreuses scènes d’actions où les protagonistes ont tous le droit à leur moment de bravoure. On ressent même une volonté d’iconiser certains personnages à outrance et de créer des moments cultes, ce qui donne des scènes certes mémorables, mais qui fait également sourire de par leur grandiloquence.

L’épisode final de deux heures trente ne permet d’ailleurs même pas de terminer l’intrigue, une première dans l’histoire de la série! Les trente dernières minutes sont conscarées à une résolution précédée d’une ellipse faisant croire à une pseudo-happy-end, effaçant d’un revers de la main les deux heures précédentes sans explication. Une fin particulièrement malhonnête pour une série qui nous avait habitués à mieux. Il semblerait que les producteurs aient été frileux de proposer une fin plus sombre, et même de faire mourir des personnages, ce qui limite grandement l’impact émotionnel des spectateurs et a même tendance à faire rouler des yeux.

Eddie joue de la guitare dans la saison 4
L’un des fameux moments épiques de la saison 4

Au final, Stranger Things saison 4 est le parfait exemple de la politique de Netflix. Soucieux de proposer un divertissement aux frontières du cinéma, les producteurs ont voulu en faire trop et se sont perdus en cours de route, alors que la saison avait pourtant commencé sur des bases très solides. Netflix a d’ailleurs annoncé dans la foulée la saison 5, preuve s’il en est qu’ils souhaitent faire de la série une poule aux oeufs d’or. Avant de crier au génie, il serait toutefois bon de se rappeler qu’au départ, Stranger Things était une série d’horreur, et pas un film d’action gros budget …

Note

Note : 7.5 sur 10.

7/10

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :