Catégories
Retour vers la séance

Un fils

Emouvant du début à la fin.

Réalisateur : Mehdi M. Barsaoui

Casting : Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah

Genre : Drame

Pays : Tunisie, Qatar, Liban, France

Sortie : 11 Mars 2020 (France)

Plus d’infos ici

Synopsis: Farès et Meriem forment avec Aziz, leur fils de 9 ans, une famille tunisienne moderne issue d’un milieu privilégié. Lors d’une virée dans le sud de la Tunisie, leur voiture est prise pour cible par un groupe terroriste et le jeune garçon est grièvement blessé..

Pour son premier film en tant que réalisateur et scénariste, c’est-à-dire en ayant un contrôle total, Mehdi M. Barsaoui nous propose une histoire riche en émotions. Deux parents, un fils. Nos trois protagonistes vont être contraint de vivre une situation peu banal. Un contexte politique mouvementé, celui de 2011 en Tunisie. Dans un premier temps l’année de la révolution tunisienne (révolution de jasmin) et dans un second temps celle ou les rebelles et les pro-khadafi s’affrontent. Par conséquent la frontière tuniso-lybienne est dangereuse…

Il était important de rappeler le contexte dans lequel se déroule le film puisque le réalisateur va tout au long du film pointer du doigts le système, la religion et les valeurs tunisiennes. Dès les premières minutes du film nous sommes témoins d’une complicité tout a fait exemplaire entre le père et son fils mais nous allons par la suite nous rendre compte que celle-ci n’est pas inébranlable. La mère, le père et leur fils partent quelques jours en balade dans le sud de la Tunisie, à Tataouine. Leur fils va par la suite être blessé lors d’une attaque par balle. Ce malheureux évènement va diviser la petite famille.

Copyright Jour2fête

Il est nécessaire d’aborder la mise en forme de cette oeuvre. En effet cette dernière se voulait la plus réaliste possible. Souvent à l’aide d’une caméra porté à l’épaule, avec des gros plans récurrents sur les personnages, M.Barsaoui nous plonge dans les plus profondes émotions d’un être humain, mais surtout d’un père et d’une mère. De part cette tragique situation le spectateur s’imagine alors toutes les pensées, optimistes comme pessimistes, qui traversent les esprits présents à l’écran.

La question de la religion est abordée. Elle « ralentit » le don d’organes en Tunisie. De part ce fait l’opération de leur jeune fils s’avère compromise. Démarre alors une course contre-la-montre qui entraine une angoisse permanente au sein de l’hôpital.

« Dans ce pays on oblige un père à enterrer son propre fils. »

Personnage du film.
Sami Bouajila et Slah Msaddek
Copyright Jour2fête

Comment définit-on un parent ? En quoi consiste la parentalité ? Ces deux questions sont celles qui orientent le déroulement du film. Un père est-il celui qui a biologiquement conçu l’enfant ? Ou est-ce celui qui participe à son éducation depuis le jour de sa naissance ? M. Barsaoui s’est posé ces questions. c’est l’essence du film. Il se permet de les partager d’une manière émouvante avec les spectateurs par le biais de ce long-métrage.

NOTE :

8,5/10

Pour son premier long-métrage M.Barsaoui ne peut que s’attendre à des retours positifs. Ce film est rempli d’émotions et il réussi admirablement à monopoliser notre attention. Une oeuvre magnifique qui mérite d’être visionné, et pas qu’une fois.

Bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *